NEOM qualifié de « Davos du désert » est une ville futuriste initié par le prince d’Arabie saoudite, Mohammed Ben Salman, dont les travaux s’achèveront, théoriquement en 2025, sachant qu’aujourd’hui, seul les palais royaux y sont construits.

Rappelons que c’est MBS, qui en octobre 2017, avait annoncé la construction de cette méga-cité entièrement gérée par l’intelligence artificielle. NEOM se trouve au nord-ouest de l’Arabie saoudite, sur la terre de Jabel el Lawz, sa superficie s’étend sur 26.500 km2, soit 20 fois la taille de Los Angeles, entre la mer Rouge et la Jordanie, une zone interdite d’accès depuis de nombreuses années et qui est pourtant sur le point d’ouvrir ses portes au tourisme.

Le budget qu’a nécessité NEOM n’est plus un secret pour personne, 500 milliards de dollars soutirés au royaume d’Arabie. En effet, un budget aussi faramineux pour une ville tout aussi extravagante car elle sera équipée de l’internet à très haut débit gratuit, avec alcool autorisé et voile non obligatoire facteurs sur lesquels l’Arabie saoudite semble avoir statué et décidé de changer les préceptes religieux selon ses convenances.

Y seront, également construits de grands parcs d’attractions, divers tournois internationaux de sport s’y dérouleront... NEOM veut, ainsi s’imposer comme une capitale de l’intelligence artificielle et du divertissement.

Un gigantesque pont la reliera ainsi à la rive égyptienne alors qu’un réseau de capsules supersoniques doit y assurer la rapidité et la propreté des transports. Avec ces nouvelles technologies des plus futuristes, nous avons l’impression d’être plongés dans un film de science-fiction que nous regardons depuis notre plus tendre enfance et imaginions que cela se produirait. Un rêve qui deviendrait réalité ?

Vue l’ampleur du projet, nous sommes à même de nous poser la question à savoir si NEOM est une lubie du prince héritier ou un réel projet de développement ?

Nuages artificiels pour une pluie artificielle sur commande :

Pour que cette mégalopole soit « la plus viable possible », elle sera, également équipée de machines permettant l’ensemencement des nuages: une pluie sur commande. En effet, des spécialistes auront recours à la technique du « cloud seeding », c’est à dire ensemencement des nuages en y injectant de l’iodure d’argent ou du chlorure de sodium pour provoquer des précipitations artificielles, dans le but évident d’enrayer la sécheresse que connaît la région et de pouvoir bénéficier d’une agriculture variée, riche et constante ainsi que celui de profiter d’un climat plus doux et plus clément.

Néanmoins, la médaille a son revers, à savoir que cette technique ne crée pas de pluie à proprement parler, elle ne fait qu’augmenter, seulement la quantité de précipitations et risquerait même d’être toxique pour le vivant, selon l’Agence américaine de surveillances toxique. Rappelons que ce problème n’a pas été soulevé dans les documents du projet NEOM ?

Nous y verrons aussi des dinosaures et des gladiateurs robotisés ainsi que des taxis volants et même une lune artificielle ! Un véritable décor de film hollywoodien qui sera construit par les plus grands.

D'après des documents consultés par le Wall Street Journal et Le Monde, l’architecte Norman Foster, le designer d’Apple Jonathan Ive ou le fondateur d’Uber Travis Kalanick font, également partie de l’aventure. La ville serait même directement inspirée de l’univers du film « Les Gardiens de la Galaxie ».

NEOM pourrait ainsi devenir, selon le Washington Post, « la Mecque pour robots ». Le projet s’inscrit dans le plan du développement imaginé par MBS pour l’Arabie saoudite, «Vision 2030 ». Il veut, impérativement faire entrer son pays dans le futur post-énergies fossiles et pouvoir ainsi diversifier l’économie saoudienne, encore très dépendante de sa rente pétrolière.

La mégalopole devra, toutefois faire ses preuves alors que les deux projets du roi Abdallah (1924 – 2015) ont été des fiascos retentissants. « La ville économique du roi Abdallah » et « le quartier financier du roi Abdallah », deux projets à 60 milliards de dollars n’ont jamais convaincu et sont devenus de véritables villes fantômes, ne fonctionnant qu’à 10% de leurs capacités.

Une ville artificielle gérée par l’IA dont la première citoyenne n’est autre que Sophia, l’humanoïde à l’apparence humaine.

Un décor aux allures de film hollywoodien, des plages somptueuses, un paysage de rêve dans lequel seront mêlés des vestiges ancestraux et modernes.

Des nuages artificiels, feront tomber une pluie toute aussi artificielle et surtout sur commande afin de profiter d’une agriculture diverse et abondante. Avoir recours à l’ensemencement des nuages, à des pluies artificielles est-il nécessaire ? Ne représente-t-il pas un ou des dangers pour la faune et la flore locales voire pour les autochtones ?

En un mot, tout y sera fait pour que l’Homme ne manque de rien. Un jardin d’Éden à portée de main.

Mais à qui profitera de ce paradis virtuel ?

Qu’est-ce qui se cache, réellement derrière toutes ces technologies si onéreuses ?

Assisterons-nous à NEOM au combat final promis par Satan ?

Nous fait-il croire à notre insu que NEOM est le paradis sur Terre ?

Nous nous projetons vers le futur guidés par l’eschatologie qui nous révèle ce qui va arriver.

Nous nous devons d’alerter les gens du danger réel dont MBS & Co mènent l’humanité avec NEOM bâti sur une terre bénie où le Prophète a laissé ses traces de pas, une terre sacrée et qui est l’Héritage de toute l’Humanité.