Cette vidéo est extraite d'un entretien entre Emmanuel Macron, président français, et Roula Khalaf, rédactrice en chef du « Financial Times », et Victor Mallet, chef du bureau parisien du FT.

Le Financial Times (FT) est un quotidien économique et financier britannique, généralement considéré comme le quotidien économique de référence en Europe.

Dans cet entretien qui a eu lieu le mardi 14 avril 2020, Emmanuel Macron a semble-t-il tenu à prévenir l’humanité contre l’arrivée de la « bête » évoquée dans la Bible et le Coran et qui est liée à l’eschatologie (science de la fin des temps).

Il appelle à la « combattre » tout en demandant de « rester disponible à l’Événement pour qu'advienne quelque chose de nouveau ».

Pour quelle raison le président français a-t-il évoqué cette “bête” ?

De quelle “bête” parle-t-il ?

Dispose-t-il d’informations que nous n’avons pas à propos d’évènements eschatologiques imminents ?

Quoiqu’il en soit, il est certain que ce terme de « bête » n’a pas été employé par hasard et qu’à travers lui, le président français semble vouloir adresser un message clair.

Mais à qui ?

Apocalypse 13:17

“Et personne ne pouvait acheter ou vendre sans porter ce signe : soit le nom de la bête, soit le nombre correspondant à son nom”.

Coran Sourate 27 Les Fourmis, verset 82

"Et quand la Parole tombera sur eux, Nous ferons sortir de terre une bête qui leur parlera..."

TRANSCRIPTION DE L’EXTRAIT :

Financial Times: Est-ce que vous avez jamais imaginé que vous seriez dans une situation, que vous devriez gérer une crise pareille ? Et qu’est-ce qu’elle change en vous mais aussi dans la façon d’être président?

Emmanuel Macron: Ecoutez, d’abord je ne m’étais rien imaginé parce que je m’en suis toujours remis au destin. Et au fond c’est la chose la plus simple à faire. Et ensuite il faut être disponible pour le destin. Moi je suis dans un état de disponibilité pour agir.

J’ai des convictions profondes sur ce qu’est mon pays, ce qu’est notre Europe, ce qu’est le cours du monde idéal à mes yeux, qui est fait de libertés, de coopération, d'entraide, d’amitié entre les peuples, au sens profond du terme.

Et après, je crois que notre génération doit savoir que la bête de l’évènement est là et elle arrive, qu’il s’agisse du terrorisme, de cette grande pandémie ou d’autres chocs.

Il faut la combattre quand elle arrive avec ce qu’elle a de profondément inattendu, implacable.

Il faut le faire en restant conforme à ces principes et ne rien céder mais en étant, disponible à l’évènement et pour qu’advienne quelque chose de nouveau, c’est aussi ça.

Source : https://www.ft.com/content/9667bd73-a809-497e-a3ca-8781c0549901