Dans une ville futuriste, telle que Neom, la médecine ne se contentera pas d’agir sur ce qui est symptomatique, mais anticipera ce qui peut faire “défaut” à l’Homme en agissant au coeur de la cellule. Et elle le fera en partie grâce à l'épigénétique.

Pour comprendre l’épigénétique, il faut tout d’abord parler de la génétique.

La génétique intervient sur la structure même de la molécule d’ADN, qui est le siège de l’information génétique, allant de la couleur des yeux, de la peau à la morphologie ou au sexe de l'individu.

La génétique étudie la structure, l’expression, le maintien et la transmission des gènes et des génomes par des mécanismes de transcription et de traduction.

Une modification de la séquence nucléotidique de l’ADN (mutations) est irréversible et transmissible si elle se situe au niveau des cellules sexuelles. Et elle peut provoquer des maladies graves.

En complémentarité avec les approches moléculaires, cellulaires et immunitaires, la génétique contribue également pour une part importante à l’étude des maladies complexes et, en particulier, à la cancérologie.

Si on voit la génétique comme le programme de base contenant l’information structurelle d’un organisme, l’épigénétique est un programme additionnel qui agit sur le fonctionnement d’une partie du programme de base.

Schéma du mécanisme de transcription et de traduction :

L'épigénétique est la discipline de la biologie qui étudie la nature des mécanismes modifiant de manière réversible, transmissible et adaptative l'expression des gènes sans en changer la séquence nucléotidique de l’ADN, elle a agit sur le blocage de la séquence d’ADN qui contient l’information par des mécanismes d’acétylation (--COCH₃) ou de méthylation(--CH3) des histones ou des nucléotides.

Schéma expliquant les mécanismes épigénétiques : les histones sont des molécules qui permettent de compacter l’ADN qui peut mesurer jusqu'à trois mètres dans le noyau d’une cellule mesurant à peine quelques micromètres.

Dans un jargon plus compréhensible, on comprend que le fait de pouvoir agir sur l’expression génétique, cela agit sur une forme de déterminisme génétique, en d’autres termes, si on arrive à contrôler avec précision l’expression génétique, cela va nous permettre d'augmenter nos facultés.

On peut donc imaginer aisément que l’Homme de demain souhaitant améliorer sa forme et sa santé utilisera les mécanismes épigénétiques.

Voici une vidéo expliquant le rôle que pourrait jouer l’épigénétique dans une ville futuriste telle que Neom :