C’est en 337 que l'Impératrice byzantine Hélène, la mère de l'empereur Constantin Ier de Constantinople, fit construire une chapelle près de ce qu’elle croyait être le Mont Sinaï en Égypte. Aujourd'hui, l'identification de ce site comme étant le Mont Sinaï manque cruellement de preuves archéologiques directes.

Certains chercheurs en archéologie, dont Ron Wyatt, situent le Mont Sinaï en Arabie Saoudite et non en Égypte, comme l'indique l'histoire officielle. Il serait "Djebel al-Lawz" (Mont al-Lawz) situé à l’est du Golfe d’Aqaba. Ron Wyatt relève de nombreux indices qui ne sont pas présents sur le prétendu site du Mont Sinaï en Égypte, mais qui ont été trouvés sur le site de  la montagne "Djebel El Lawz" :

Il a constaté que le pic de la montagne était entièrement noirci, et attribué cela à l’effet de la présence de Dieu. Il a également observé l'autel du veau d’or contenant des représentations de style égyptien de vaches et de taureaux. Le lit asséché du torrent venant des hauteurs de la montagne et descendant jusqu’au bord de « l’enceinte sacrée » est bien visible. Il y a aussi des indications qui montrent qu'un système très complexe de récoltes d’eau a été créé, avec un lac et des puits. Sur le site, peuvent être observés 12 grands rochers. Il y aurait une caverne qui pourrait bien être celle où Élie se réfugia.

Ron Wyatt a développé une théorie concernant l’itinéraire de l’Exode Biblique en situant la traversée de Moïse et des enfants d'Israël à la hauteur de Nuweiba : il y a une crête sous-marine qui aurait permis le passage du peuple à travers la mer lorsqu'elle s'est séparée en deux, deux piliers de part et d'autre de la mer aurait été disposés par le Prophète Salomon lui-même, en mémoire de cette traversée. Des roues de chars égyptiens auraient été trouvées sous l’eau et la vaste plage est capable de recevoir des centaines de milliers de personnes.

Le site a longtemps était interdit d'accès au public, et ce qu'il renferme, tenu au secret par les autorités saoudiennes. Yahia Gouasmi est la seule personnalité religieuse et gnostique, à avoir pris position sur ces découvertes, et à avoir fait le lien entre cette terre de Djebel El Lawz, et la terre sacrée avec laquelle a été façonnée le premier Homme, le Prophète "Adam".

Selon la lecture éclairée qu'il a faite du Saint Coran ("taddabour") et de la sourate "la figue", le Mont Sinaï ("Djebel Lawz") serait la terre du commencement de l'histoire de l'Humanité. C'est aussi cette terre qui marquera sa fin.

C'est dire à quel point l'édification de la ville artificielle de Neom - siège de l'Antéchrist Dajjal - sur la terre sacrée de la Prophétie est l'événement le plus important de notre temps, si ce n'est de tous les temps.