En cette période de crise sanitaire, est-il permis de continuer à questionner l'enjeu et l'impact qu'aura la 5G sur l'homme et notre écosystème ? Est-il permis de s'interroger sur un aspect quasiment jamais évoqué : son usage dans le cadre militaro-industriel ? Un usage d'autant plus dangereux qu'il est invisible !

Covid-19, balai de la contestation anti-5G ?

La sur-médiatisation de l'épidémie du Covid-19 a réussi à étouffer ou tout du moins à détourner en partie la contestation populaire grandissante autour du déploiement de la 5G.

Le sabotage de quelques installations d’antennes 5G tout le long de l'année 2020 a donné des sueurs froides aux entreprises de télécommunications et a quelque peu ralenti les plans de développement du réseau sur le territoire européen. Cependant, le contexte sanitaire et les confinements ont considérablement facilité le déploiement de la 5G par les grands opérateurs.

Et pour cause, en France, la crise n'a empêché ni Orange, ni Bouygues de lancer l’ouverture commerciale de leur réseau : "Depuis le 1er décembre 2020, vous pouvez accéder à notre réseau 5G dans plus d'un millier de communes et de nombreux départements", peut-on lire sur le site de Bouygues. Cette technologie, une fois installée, le restera de manière permanente, à la fois grâce aux antennes-relais dissimulées dans le mobilier urbain et luminaires, mais surtout grâce au réseau satellitaires.

La 5G, déjà utilisée dans l'armée ?

Pour de nombreux scientifiques, militaires et certains hauts fonctionnaires, la 5G est une arme militaro-industrielle qui régit déjà technologiquement notre société.

À l'instar du député communiste Jean-Paul Lecoq qui est intervenu en 2019 à l’Assemblée nationale pour alerter sur le déploiement hâtif du réseau de téléphonie mobile « 5G ». Il pointait ses dangers potentiels sur la santé, mais aussi le manque de sécurité du réseau. Il demandait à ce que les entreprises qui construisent ce réseau soient vérifiées par les services de l’État afin d’éviter l’espionnage. Il nous apprenait d'ailleurs que les micro-ondes millimétriques de la 5G étaient déjà détenus par l'armée française.

Aux États-Unis, l'armée utilise officiellement les micro-ondes millimétriques de la 5G depuis 2001 pour disperser ou contrôler une foule indisciplinée. L’Active Denial System (ADS) est un système d'armes non létales à énergie dirigée, un puissant émetteur d'ondes millimétriques développé par Raytheon qui provoque des brûlures intenses. L'ancien vice-président de Microsoft au Canada, Frank Clegg, nous apprenait également qu'Israël dispose de cette arme.

Selon Barrie Trower, physicien, spécialiste des armes à micro-ondes, et ex-militaire de la Royal Navy, la 5G est un danger pour la population et risque de déséquilibrer gravement tout l’écosystème. Il affirme que les armes à micro-ondes sont capables de nuire de manière très diverse et révèle qu'elles sont utilisées depuis 1949 dans le cadre militaire et qu'elles peuvent causer des centaines d'atteintes physiologiques et neuropsychologiques, selon l’intensité de l’onde de fréquence qui est utilisée, par exemple le cancer, des troubles cognitifs, des hallucinations auditives, ou encore le désespoir qui mène au suicide. Barrie Trower affirme que c'est une arme capable de cibler n'importe qui individuellement ou collectivement sur la planète.

Après avoir découvert l’application des micro-ondes millimétriques de la 5G dans le domaine militaire et ses potentiels effets, quelle est son incidence dans le domaine public, qui plus est à l’échelle planétaire ?

Les acteurs politiques et les médias mainstreams affirment tous en chœur qu'aucune étude ne prouve les dommages causés par la 5G. Étant donné son application dans le domaine militaire, il est difficile de croire que le potentiel de nuisance de la 5G ne soit pas connu.

Au regard de ce qui a été dit précédemment, l’hypothèse que ses dommages soient connus mais non officiels est plus crédible. Compte tenu de la manne financière colossale que cette technologie va générer, y-a-t-il des évidences qu'il ne vaut mieux pas mettre en lumière ?

Quoique quelques recherches scientifiques (non relayées par nos chers médias nationaux) aient été réalisées sur la 5G et sa nuisance. Notamment, l'étude de Youri Feldman, professeur de physique à l'université hébraïque de Jérusalem (cf video).

Comme il a été signifié dans l'épisode 11 de la série "Le projet Neom : la 5G, notre mort programmée", le réseau 5G est indispensable dans l'avancement de l'agenda mondialiste car il sera précisément le carburant de l'Intelligence Artificielle. C'est lui qui, en partie, permettra à Neom de devenir le centre névralgique de la gouvernance mondiale.