L’été dernier, le ministère israélien des Affaires étrangères avait dévoilé les détails d’un projet de chemin de fer qui relierait le port de Haïfa à l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis (EAU). Un projet qui aurait un important soutien américain, selon les médias israéliens.

Israël dispose d’un chemin de fer de 60 kilomètres reliant le port de Haïfa à Beït Shéan, dans la vallée du Jourdain. En prolongeant leur ligne de 6 kilomètres jusqu’au passage frontalier israélo-jordanien, cela permettrait de transporter des marchandises en train, plutôt qu’en camion vers et depuis la Jordanie, selon le plan israélien, afin de permettre à la Jordanie de construire sa propre extension ferroviaire jusqu’à la voie ferrée israélienne. De là, les lignes se dirigeraient vers l’Arabie saoudite et les Émirats du Golfe. Les responsables israéliens et jordaniens ont discuté de cette idée, il y a quelques années auparavant, et ont récemment renouvelé ces discussions.

Inauguré aux EAU par le ministre israélien des Affaires étrangères, Yisrael Katz, le projet avait été présenté comme un moyen de « promouvoir la paix dans la région » et de relier la mer Méditerranée au Golfe afin d’augmenter le volume des échanges commerciaux.

M. Yisrael Katz avait ainsi expliqué que ce projet aurait pour but de « changer la région, renforcer les économies de ces pays et contribuer à renforcer la stabilité et à faire progresser la paix. »

Le ministère avait aussi publié sur son site Web des séquences montrant les détails du plan de projet qui reliera la mer Méditerranée au golfe Persique en passant par la Jordanie, affirmant ainsi que cette initiative « créerait des routes commerciales régionales plus courtes, plus rapides, moins chères et plus sûres et contribuerait au renforcement des économies jordanienne, palestinienne, saoudienne, du Golfe et même irakienne à l’avenir. »

Yisrael Katz, avait également exposé son plan de « voie de la paix régionale » qui, selon les médias de son pays, permettrait à l’Arabie saoudite d’avoir un accès direct à la Méditerranée par le train. La ligne partirait de Haïfa, le plus important port israélien, passerait par la Jordanie, puis emprunterait des lignes existantes vers le Golfe.

Les EAU ( Émirats Arabes Unis) se sont engagés à normaliser, ouvertement leurs relations avec l’État hébreux.

Un mois avant cette révélation, Tel-Aviv avait reçu une invitation officielle des Émirats pour participer à l’exposition internationale Expo 2020 à Dubaï, qui sera reportée au 1er octobre 2021 suite à la pandémie.

Les EAU ont été le premier pays arabe à organiser des exercices militaires avec des pilotes israéliens dans le cadre d’exercices militaires, en Grèce. En effet, des pilotes israéliens et leurs homologues émiratis ont volé côte à côte dans le cadre d’Iniohos 2019, le plus grand exercice militaire annuel de la Grèce. L’exercice a débuté le 1er avril 2019 à la base d’Andravida dans le Péloponnèse et s’est terminé le 12 avril 2019.

Un document publié par le gouvernement, intitulé « Les rails de la paix régionale », décrit Israël comme un « pont terrestre » et la Jordanie comme un « carrefour ».

Il indique aussi que « l’initiative contribuera à l’économie d’Israël et renforcera l’économie stressée de la Jordanie ».

(Source: https://emiratesleaks.com/fr/israel-devoile-son-projet-de-chemins-de-fer-avec-les-emirats-arabes-unis/ )

Pratiquement, une année s’est écoulée et depuis aucune information n’a été filtrée sur l’avancée des travaux sur ce projet. De ce fait, nous nous interrogeons sur son véritable but et s’il ne cacherait pas des intentions obscures voire malveillantes ne servant que les intérêts israéliens.

Relier l’Arabie saoudite à Israël n’est-il pas un moyen direct d’accéder à la méga cité futuriste qu’est NEOM ?

L’initiative première de ce projet était de « promouvoir la paix dans la région » auquel fut donné le nom de « Les rails de la paix régionale ». Une paix virtuelle écrite sur du papier mais qui ne reflète pas la vérité vu se qui ce passe en Palestine occupée.

Le 1 juin dernier sur Twitter, le ministre d'État aux Affaires étrangères, le haut responsable des Émirats Arabes Unis, Anwar Gargasha a déclaré que : «Les discussions israéliennes sur l'annexion des terres palestiniennes doivent cesser »,

Puis il a ajouté: « Toute initiative israélienne unilatérale constituera un sérieux revers pour le processus de paix, sapera l'autodétermination palestinienne et représentera un rejet du consensus international et arabe vers la stabilité et la paix ».

Ces propos pourraient-ils influer de quelque manière que ce soit sur l’évolution et le devenir de ce projet ou resteront-ils lettre morte comme de coutume lorsqu’il s’agit des exactions d’Israël ?