Seyyed Yahia Gouasmi répond à une question qui a trait à la terre sur laquelle se construit le projet NEOM.

Qu’a-t-elle de si spécial pour que le défi d’Iblis doive absolument se réaliser à cet endroit précis ?

Il prend en argument la Sourate 94 du Saint Coran « Le figuier » pour expliquer en quoi cette terre est sacrée, ce « Balad el Amin », ce jardin d’Eden.

Il s’agit en réalité de ce que certains appellent le « Paradis terrestre », là où l’Homme fut créé, à partir de cette même terre, raison pour laquelle elle est sacrée et que le Prophète Moïse doit « ôter ses souliers » pour la fouler.

C’est là que se situent le commencement et la fin, là où se joue le défi entre l’intelligence innée (donnée à Adam) et l’intelligence acquise (celle d’Iblis) qui finira par faire croire qu’elle est la finalité.

Cette terre du Mont Sinaï est ainsi transformatrice, elle transfigure, elle peut faire parler un robot.