C’est un retour à l’époque des pires moments du Moyen-Âge que nous propose cette vidéo d’un citoyen saoudien qui, refusant d’abandonner sa maison pour la céder dans le cadre du projet Neom, fut assassiné par les autorités de son pays.

Le Saoudien Abdel Rahim Al-Huwayti était membre d’une tribu du nord-ouest du royaume, qui proteste contre son expulsion programmée. Le 12 avril apparaissent sur Twitter les dernières images du citoyen saoudien qui s'est filmé sur le toit de sa maison, dans le village d’Al-Khurayba, sur la côte de la mer Rouge, dans le coin nord-ouest du royaume. Le visage soucieux, le ton grave, l’homme dénonce la disparition programmée de son village coincé entre les vagues du golfe d’Akaba et les sables du désert.

Moyennant compensation, tous ses habitants ont été sommés d’abandonner leur terre, pour faire place à Neom, la cité futuriste à 500 milliards de dollars (462 milliards d’euros), que le prince héritier Mohammed Ben Salman entend bâtir dans cette région. Et tant pis si les avis d’expulsion tombent en pleine épidémie de Covid-19, qui a fait plus de 100 morts en Arabie saoudite.

Pourquoi, Abdel Rahim el-Huwayti a-t-il été sommé d’abandonner sa maison ?

Où va l’humanité lorsque les gouvernements, les institutions, les forces de l’ordre bafouent les droits les plus élémentaires de leurs citoyens innocents ?

Au nom de quoi des hommes commettent-ils les pires des injustices ?

Qui vengera ces opprimés et leur rendra justice afin qu’ils puissent enfin vivre en paix ?